Search - Minitek Discussions
Search - EasyDiscuss
Search - Ignite Gallery
Search - Categories
Search - Contacts
Search - Content
Search - News Feeds
Search - Web Links
Search - Tags
Search - Easy Blog

Depuis plusieurs années, de nombreuses enquêtes ont été ouvertes pour déterminer la personne à l’origine d’un appel dénonçant Anne Frank et sa famille. Une récente étude semble montrer que cette arrestation serait finalement le fruit du hasard.

 

Sans le vouloir, Anne Frank a marqué à tout jamais l’histoire. Grâce à son journal retraçant sa fuite de l’Allemagne nazi en 1933, elle raconte avec ses mots et ses sentiments sa clandestinité. Réfugiée à Amsterdam, sa famille s’est cachée dans un grenier accompagnée d’une seconde famille juive. Tous furent arrêtés en août 1944, suite à une perquisition dans l’entreprise donnant accès au fameux grenier.

Envoyée au camp de concentration de Bergen-Belsen, Anne Frank mourra au début des années 1945, du typhus. Son journal fut retrouvé par son père, unique survivant de la famille. Il sera finalement traduit en 67 langues pour être vendu à plus de 30 millions d’exemplaires à travers le monde.

Depuis des années le doute subsiste sur l’origine de cette perquisition meurtrière. Plusieurs décennies de recherche ont tenté de mettre en exergue un éventuel coup de téléphone dénonçant la présence de juifs cachés dans la maison. Cet appel dénonciateur expliquerait pourquoi l’entreprise fut l’objet d’une telle enquête.

Alors qui dénonça la famille d’Anne Frank ?

Une étude très récente publiée par le musée d’Anne Frank semble montrer que l’arrestation des clandestins serait finalement le fruit d’un pur hasard. Dans ce rapport il est clairement stipulé que l’origine de la perquisition dans l’entreprise cachant Anne Frank concerne des « emplois illégaux et un trafic de coupons de rationnement ». Ce qui signifie que la police le jour de l’arrestation avait pour but de fouiller les bureaux et non rechercher des clandestins. Ce serait au cours de cette fouille, que la police serait tombée  « par hasard » sur la trappe située derrière la bibliothèque d’un bureau, leur permettant ainsi l’accès aux appartements des deux familles juives.

Cette étude se base sur une lecture approfondie du journal d’Anne Frank couplée avec de nouveaux documents historiques dont des rapports de police. Deux constats ont donc été mis en corrélation :

Les quatre employés de l’entreprise Opekta, qui aidaient les deux familles juives cachées, ont reçu des coupons de rationnements supplémentaires leur permettant ainsi d’apporter en fraude de la nourriture à la famille d’Anne Frank. Ces coupons pourraient avoir été édités de façon frauduleuse directement à l’entreprise Opekta.

Le second constat montre que la perquisition ce jour-là était réalisée par une équipe policière spécialisée dans les affaires de fraude. La perquisition ayant duré plus deux heures selon les rapports de la police, il est clair pour de nombreux spécialistes que cette intervention avait bien pour objet une affaire de fraude. Les interventions de « recherche de juifs clandestins » étaient d’une durée bien plus courte.

Pour Ronald Leopold, directeur exécutif du musée d’Anne Frank, il est clair qu’aujourd’hui la piste d’un appel dénonciateur n’est plus l’unique schéma à étudier pour expliquer l’arrestation d’Anne Frank.

Commentaires (0)

There are no comments posted here yet

Ajouter vos commentaires

Posting comment as a guest. Sign up or login to your account.
Pièces jointes (0 / 3)
Share Your Location
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair?

Nos journalistes

Newsletter

Au sujet de La Factory

La Factory est l'un des plus anciens webzines de la planète avec nombre de refondations au fil des années. La partie "journal' est réalisée par des ami-associés-journalistes qui se partageront les bénéfices. Vous êtes les bienvenus pour nous rejoindre, quelle que soit votre spécialité. Notre second projet ? changer le monde. La plateforme de blog, dépourvue de publicité et strictement à but non lucratif doit regrouper des milliers de bloggeurs exclusivement de gauche progressiste, du monde entier et dans toutes les langues.