Search - Minitek Discussions
Search - EasyDiscuss
Search - Ignite Gallery
Search - Categories
Search - Contacts
Search - Content
Search - News Feeds
Search - Web Links
Search - Tags
Search - Easy Blog

A Dakar se tient du 06 au 07 Janvier le FIMODAK (Festival International de la Mode de Dakar). Une initiative du jeune créateur sénégalais Abdou Lahad Gueye, un diplômé de l’école des beaux-arts de Dakar. Le styliste veut à cette occasion révolutionner le prêt-à-porter africain mais aussi créer un cadre d’échange entre créateur et investisseurs. Ainsi il ne cache pas son allure entrepreneur ; Lahad veut stimuler la création, en même temps il veut aller à la recherche des moyens pour pérenniser la mode au Sénégal. Durant deux jours des stylistes venus du Danemark, de la Côte D’ivoire, du Burkina Faso de la France et du Cameroun vont exprimer leur talent.

A côté de l’acronyme FIMODAK (Festival International de la Mode de Dakar), se cache avec subtilité un terme Wolof la langue locale « fimodakh » qui  traduit littéralement « c’est plus beau par ici ». Une invitation lancée par les promoteurs de ce festival qui pour cette première édition promettent de révolutionner le prêt-à-porter africain.

Le marché du prêt-à-porter africain est en pleine expansion et il a quelques noms sur le continent. Belya une marque créée par Astou Sene à Dakar  propose du prêt-à-porter. En Côte d’Ivoire, Yalleri et Ysand suggèrent prêt-à-porter de qualité depuis quelques années. Alain Niawa confectionne des sacs réalisés avec du cuir et du pagne. Au Benin, la marque Yoodi veut satisfaire les enfants. Le FIMODAK veut jouer sa partition et exposer à Dakar toute la splendeur du prêt-à-porter africain.

Abdou Lahad Gueye ambitionne d’inscrire cet évenement dans l’Agenda cultutel du Sénégal. Pour cette première édition, le FIMODAK propose un symposium sur l’industrialisation de la mode en Afrique, qui sera suivi d’un éfilé de mode avant la remise des trophés aux icones de la mode. Là où le FIMODAK veut marquer de son empreinte c’est au niveau du renforcement des capacités techniques et professionnel. Le Festival envisage de relever le niveau des acteurs à travers l’acquisition des connaissances académiques et le professionnalisme.

L’image contient peut-être : 1 personne

Conference de Presse (FIMODAK) Festival international de la mode de Dakar 
©Dave Design Photography

Une des actrices de l’évènement, Mame Fagueye, styliste et costumière et fondatrice de Espace-Faguèye a trouvé la recette pour renforcer la créativité et l’apprentissage chez les jeunes. Elle développe avec passion le concept de « travailler avec subtilité ».

Travailler avec subtilité c’est le terme qu’emploie Mame Fagueye quand il s’agit de prodiguer des recommandations à la jeune génération de styliste africain.

Derrière ce vocable, la styliste donne une primauté à l’adaptation. Elle explique la subtilité comme une démarche dans la création qui consiste à apporter un mélange soigné entre la culture, la tradition vestimentaire africaine et les habitudes des autres peuples du monde.  Sa conception c’est d’apporter un mix de la richesse africaine et celle des autres, ce qui rendra la mode africaine plus attrayante.

Ce métissage de la mode, Mame Fagueye le revendique, tout en le suggérant, elle espère que le FIMODAK s’inscrira pour toujours dans cette démarche. Déjà dans un entretien accordé à Planete-Senegal.com elle affirmait :  Mon ambition en matière de stylisme est de travailler pour un véritable art visuel où l’œil créatif africain doit déboucher sur de nouvelles émergences en matière de mode .

L’image contient peut-être : 3 personnes, personnes debout

©Conception de Barros Coulibaly

 Si la touche artistique de Fagueye nous sublime, la fibre guerrière nous charme tout autant. Elle mène un combat pour la reconnaissance de la mode au Sénégal. Elle a profité de la conférence de presse du FIMODAK pour renouveler la bataille et affirmer :

« Le secteur de la mode est oublié et pourtant c’est un secteur clé du developpement ».

Sa demande aux autorités sénégalaises c’est de fournir aux artistes un musée de la mode ; un espace où les créateurs pourront exposer leur talent.  Et FaGueye d’ajouter :

Il y’a un réel vide dans la création chez les jeunes parce qu’ils n’ont où se ressourcer . 

Ainsi ce musée sera le milieu où les jeunes générations viendront puiser leur inspiration.

En attendant de voir ce musée, les jeunes pourront le temps de deux jours contempler et admirer tout le génie africain autour du prêt-à-porter que le FIMODAK a choisi de sublimer cette année.

Commentaires (0)

There are no comments posted here yet

Ajouter vos commentaires

Posting comment as a guest. Sign up or login to your account.
Pièces jointes (0 / 3)
Share Your Location
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair?

Nos journalistes

Newsletter

Au sujet de La Factory

La Factory est l'un des plus anciens webzines de la planète avec nombre de refondations au fil des années. La partie "journal' est réalisée par des ami-associés-journalistes qui se partageront les bénéfices. Vous êtes les bienvenus pour nous rejoindre, quelle que soit votre spécialité. Notre second projet ? changer le monde. La plateforme de blog, dépourvue de publicité et strictement à but non lucratif doit regrouper des milliers de bloggeurs exclusivement de gauche progressiste, du monde entier et dans toutes les langues.