Search - Minitek Discussions
Search - EasyDiscuss
Search - Ignite Gallery
Search - Categories
Search - Contacts
Search - Content
Search - News Feeds
Search - Web Links
Search - Tags
Search - Easy Blog

La Factory

Comme chacun peut le constater, je n’ai que le bac. C’est que je me suis lassé, dès la première année, de mon école d’ingénieur où il fallait coder du BASIC sur… du papier. J’ai aussi tâté de la sociologie à la Sorbonne et pris la fuite en raison de la médiocrité de mes professeurs qui ne comprenaient à ce point rien à leur propre domaine qu’ils ont donné un vingt à une étudiante fille de… sociologue.

Je décidai donc de reprendre ma vie de délinquant, qui débuta lorsque je volai à ma mère les dizaines de milliers de francs nécessaires à l’achat d’un nouvel ordinateur, mon commode PC VGA ayant rapidement montré ses limites. Mon acquisition la plus intéressante fut l’équivalent moderne d’un tasser : un modem 2400 compatible minitel. Je me lassai rapidement du Minitel, peut-être en raison de la lettre de suicide que m’avait adressée l’un de mes contacts, dont je n’espère ne pas être responsable malgré mon humour caustique et ma personnalité abrasive.

Il y avait en effet beaucoup plus intéressant que le minitel. Je découvris notamment l’univers des BBS, serveurs de toutes tailles souvent tenus par de simples particuliers, qui permettaient d’échanger messages et fichiers. Je finis par en créer un, le premier consacré à Windows et sobrement intitulé « windows Manor ». C’est que j’ai toujours rêvé d’un manoir, avec une piscine, un majordome anglais et un billard américain. Mais des serveurs, il y en avait dans le monde entier. Il suffisait de payer le prix d’une communication internationale pour se connecter, par exemple, à Compuserve. C’est à dire l’équivalent de plusieurs euros la minute.

Naturellement, il existait des solutions : hacker les serveurs et les comptes, voire les opérateurs télécoms eux-mêmes en utilisant une bluebox, et même organiser des équipes de dealers qui refourguaient des jeux vidéo piratés dans les cours de récréation. Oui, ça aussi je l’ai fait et je puis me vanter d’avoir fait découvert aux français un certain Wolf3D, bien avant sa sortie officielle. Nous avions tous des noms piquants –le mien était celui d’un personnage de comic- et je me souviens d’un « chat » tout à fait délicieux avec un agent des services secrets français qui m’expliqua que notre dialogue était enregistré sur caméra vidéo.

Je passe brièvement sur la création de mon magazine sur cd-rom aux éditions Sybel : mauvais timing. Avec la démocratisation des interfaces graphiques et l’arrivée de points d’accès français, tout changea : le web tel que nous le connaissons devint financièrement accessible et je créai mon premier nom de domaine en 1994 : il s’agissait de cybermagnet.com qui céda la place deux ans plus tard à lafactory.com

Ce fut une époque fascinante : rien d’étonnant à ce que cybermagnet fut l’un des premiers webzines au monde car tout était à inventer. Il fallait tout coder au bloc-notes puis transférer les articles par ftp. Inutile de dire que moi seul pouvait mettre en ligne les articles de mes camarades journalistes. Lorsque les moteurs de recherche furent inventés, ils n’indexaient pas les textes mais seulement le titre et les métabolises. Pour être lu, il suffit d’ajouter « Pamela Anderson » aux mots-clés même si votre article parlait de la culture des moisissures en haute Garonne. Rien d’étonnant donc à ce que toute la presse et chaine de télé parlent de moi : Ce n’est pas comme s’ils avaient l’embarras du choix et il était vraiment très facile d’être listé dans les meilleurs sites francophones.

Et lorsque l’écriture fut enfin accessible via des éditeurs en ligne et que mes collègues journalistes ou apprenti-journalistes débarquèrent enfin sur la toile, j’en aidai le plus possible via des ateliers d’écriture journalistique et parallèlement, j’aidai le CFPJ à concevoir leur premier module de journalisme en ligne. « Vous devriez prendre un article de presse écrite et leur demander de le réécrire pour Internet » suggérai-je tandis qu’ils notaient frénétiquement de cet air radieux qu’on pensait réserver aux adorateurs de la vierge et des petites culottes de Madonna.

Depuis, je suis rentré dans le rang et je me suis lancé dans un nouveau projet : changer le monde. Après tout, j'ai tout de même mon bac...

Après dix années de présence sur Internet, J'ai créé mon premier webzine en 1994, il s'agissait de  cybermagnet.com, puis lancé lafactory.com en janvier 97, géré des centaines de journalistes, créé des forums et ateliers gratuits de journalisme en ligne sur La Factory, contribué aux modules de journalisme en ligne du CFPJ, et globalement formé toute une génération de journalistes à Internet. Il existait alors un authentique esprit d'entraide, des projets enthousiasmants se créaient quotidiennement et l'on n'avais plus besoin de moi. J'ai mené des activités lucratives et surtout, surtout, fondé une famille. Que s’est-il passé entre-temps ?

La Factory a été pensée depuis le début pour l’international, avec des équipes indépendantes partout dans le monde, mais pouvant compter sur le soutien de leurs confrères. Nous aurons ainsi un formidable outil pour traiter les nouvelles internationales avec des informations de première main. Autre intérêt, une répartition des revenus plus équitable : les journalistes des « petits » pays, maigres en ressources publicitaires, pourront compter sur les recettes financières de pays plus importants.

TAGS:

Fruit de vingt années d'expérience, La Factory est un modèle disruptif utilisant toutes les technologies à notre disposition. Nous n’avons bien entendu pas de locaux. Mais, et c’est peut-être plus surprenant, nous n’avons pas non plus de directeur de la publication, rédacteur en chef, secrétaire de rédaction ou tout autre poste non essentiel. Vous avez bien lu : nous considérons qu’un rédacteur en chef n’est pas un poste essentiel.

TAGS:

Nos journalistes

Newsletter

Au sujet de La Factory

La Factory est l'un des plus anciens webzines de la planète avec nombre de refondations au fil des années. La partie "journal' est réalisée par des ami-associés-journalistes qui se partageront les bénéfices. Vous êtes les bienvenus pour nous rejoindre, quelle que soit votre spécialité. Notre second projet ? changer le monde. La plateforme de blog, dépourvue de publicité et strictement à but non lucratif doit regrouper des milliers de bloggeurs exclusivement de gauche progressiste, du monde entier et dans toutes les langues.