Qu’est-ce que le serveur Web Lighttpd ?

Lighttpd (prononcé "Lighty") est un logiciel de serveur Web haute performance conçu pour la vitesse, la sécurité et la flexibilité. Il peut constituer une excellente option pour les environnements disposant de ressources minimales, de sites Web dynamiques ou...

Comment éviter les liens hypertextes sur votre site WordPress

En tant qu'administrateur d'un site Web, vous devez être attentif aux nombreuses façons dont votre site et vos données peuvent être compromis. Vous devez évaluer la sécurité de votre site sous tous les angles. En outre, vous êtes responsable de la protection de la...

Tout ce que vous devez savoir sur le cybersquattage
15 Juin, 2022
Que vous envisagiez de créer un site web ou de commencer à acheter et à vendre des domaines, il est important de vous familiariser avec le cybersquattage. Cette pratique peut avoir un impact négatif sur votre entreprise et vous mettre dans l’eau chaude. Il est donc essentiel d’apprendre à l’identifier et à l’éviter.

Dans cet article, nous allons examiner de plus près le cybersquattage et ce qu’il signifie. Nous vous montrerons comment le reconnaître, vous protéger et éviter cette pratique. Enfin, nous verrons comment réclamer un domaine à un cybersquatteur. C’est parti !

Qu’est-ce que le cybersquattage ?

En un mot, il s’agit de la pratique consistant à enregistrer des noms de domaine identiques ou similaires à des marques ou à des noms d’entreprise existants et à les vendre à ces entreprises à un prix élevé.

Un squatter de domaine achète des domaines de premier niveau (TLD) génériques pour empêcher d’autres utilisateurs (généralement des entreprises) d’enregistrer leurs noms de marque. Il réalise ensuite un bénéfice en revendant ces domaines à des entreprises désespérées. Les entreprises peuvent également recourir à cette pratique pour attirer les clients d’un concurrent ou pour perturber une autre entreprise.

Par exemple, disons que vous tenez un petit café. Si vous décidez de créer un site web en utilisant le nom de votre boutique comme domaine (par exemple willscoffee.com), vous risquez de découvrir que ce domaine est déjà pris.

Au début, vous pourriez penser qu’un autre propriétaire exploite un café portant le même nom que le vôtre. Cependant, lorsque vous tapez l’URL dans votre navigateur, au lieu d’être dirigé vers un site commercial, vous voyez un message « ce domaine est à vendre » ou quelque chose de similaire :

An example of domain that is for sale

Les squatteurs de domaines obtiennent généralement ces noms à partir d’annuaires professionnels. Les petites et nouvelles entreprises sont généralement plus vulnérables. Après tout, elles n’ont peut-être pas eu le temps (ou le budget) d’acheter un nom de domaine de marque dès le départ.

Cela nous amène donc à la question suivante : « Le squat de domaines est-il illégal ? » Si rien n’empêche les gens d’accumuler des domaines similaires à des noms de marque existants, la loi sur la protection des consommateurs contre le cybersquattage (ACPA) donne aux propriétaires d’entreprises le droit de s’attaquer à la violation de marque en justice.

Ainsi, même si rien ne vous empêche d’enregistrer une URL similaire ou une correspondance exacte avec un TLD différent, vous serez très probablement tenu responsable devant les tribunaux lorsque la marque contrefaite sera impliquée.

2 façons d’identifier et de reconnaître le squat de domaines

Bien sûr, ce n’est pas parce que le nom de domaine que vous souhaitez est pris que quelqu’un essaie d’en tirer profit. Certains cas peuvent être authentiques. Par exemple, il se peut simplement qu’une autre entreprise ait un nom similaire au vôtre.

Voyons comment identifier le squat de domaine.

1. Vérifiez le site web

Le moyen le plus simple de savoir si votre nom de domaine a été pris par un cybersquatteur ou un véritable utilisateur est de vérifier le site web. Si le domaine vous dirige vers un site web « normal » (par exemple, un blog ou une boutique active), il est probablement utilisé de manière légitime.

En revanche, si vous atterrissez sur une page indiquant « ce domaine est à vendre » ou « en construction », il est probable que vous soyez en présence d’un cas de cybersquattage :

An example of a domain owned by a cybersquatter

Vous pouvez aussi tomber sur une page pleine de publicités. Ce cas est surtout fréquent pour les domaines de marque ou les noms basés sur des entreprises existantes.

Par exemple, disons que vous fabriquez et vendez des appareils photo. Si un domaine portant votre nom de marque vous amène à une page qui ne contient que des annonces Google pour des appareils photo et des trépieds, quelqu’un essaie probablement de gagner de l’argent en utilisant votre marque. Dans ce cas, c’est vous qui bénéficieriez d’une protection juridique en cas d’action en justice.

2. Contactez le propriétaire du domaine

Il arrive parfois qu’un utilisateur achète un nom de domaine pour un projet ou une entreprise qu’il n’a pas encore lancé. Par conséquent, si le domaine vous conduit à une page « en construction », cela peut simplement signifier que le site n’a pas encore été publié.

Si vous n’êtes pas sûr, vous pouvez essayer de contacter le propriétaire du domaine. Vous pouvez trouver son nom et son adresse en utilisant un outil comme who.is:

Whois homepage

Notez que ces informations ne sont pas toujours disponibles. Certains propriétaires de domaines choisissent de cacher leurs données personnelles en utilisant les fonctions de confidentialité de la plupart des bureaux d’enregistrement. Cependant, si un cybersquatteur essaie de faire des bénéfices en vendant des domaines de marque, il est probable qu’il rendra ses coordonnées publiques. Après tout, comment faire en sorte que quelqu’un leur envoie un message avec une offre ?

3 façons de se protéger des squatteurs de domaines

Comme nous l’avons mentionné précédemment, rien n’empêche quelqu’un d’acheter un domaine qui n’a pas encore été enregistré. Cela signifie que n’importe qui peut enregistrer un domaine qui contient le nom de votre personne ou de votre entreprise.

Cependant, vous pouvez prendre certaines mesures pour vous protéger des squatteurs de domaines. Examinons les mesures les plus importantes à prendre.

1. Enregistrez votre nom de domaine dès le départ

Le moyen le plus simple d’empêcher quelqu’un de prendre votre domaine est de l’enregistrer dès le début. Cela signifie l’acheter avant de lancer votre entreprise.

Nous vous recommandons d’enregistrer votre domaine au moment de la création de votre entreprise. C’est une bonne idée, même si vous ne prévoyez pas de créer un site Web tout de suite. Ainsi, si le domaine souhaité est déjà pris, il ne sera pas trop tard pour changer le nom de votre marque.

2. Achetez des noms de domaine similaires

Vous pouvez également acheter le même nom de domaine avec plusieurs extensions, comme .com et .net, voire .co. Vous pouvez aussi l’enregistrer avec différents codes pays, comme .co.uk et .ca.

En outre, vous pouvez envisager d’enregistrer des variantes de votre nom de domaine, y compris les fautes d’orthographe courantes. Cela empêchera les cybersquatteurs de copier votre marque et d’essayer d’égarer les visiteurs.

3. Achetez une protection de la propriété du domaine

Un autre moyen de se protéger du cybersquattage consiste à acheter une protection de la propriété du domaine. Ce service est normalement proposé par les bureaux d’enregistrement de noms de domaine comme GoDaddy. Il permet de préserver la confidentialité des informations relatives à votre domaine et d’éviter de perdre votre domaine si vous le laissez expirer par accident.

Comment éviter le squat de domaines

Le squat de domaines est différent de la vente et de l’achat de domaines (connus sous le nom de « domain flipping »). Comme nous l’avons mentionné plus haut, le cybersquattage consiste à enregistrer intentionnellement des marques existantes pour réaliser un profit.

Il n’y a aucune intention malveillante dans le cas du flipping de domaines. Les utilisateurs qui se livrent à cette pratique achètent généralement des domaines qui reflètent des intérêts, des niches, des produits, etc. populaires.

Toutefois, si vous vendez et achetez des domaines, vous devez vous assurer que vous ne faites pas de cybersquattage involontaire. Si vous achetez un nom de marque, vous risquez un litige potentiel.

Il est donc préférable d’éviter les noms de personnes et de sociétés. Vous pouvez utiliser une base de données des marques pour vous assurer que vous ne portez pas atteinte à des noms de marque existants.

Comment récupérer un domaine perdu à cause du cybersquattage ?

Si un nom de domaine a été bloqué par un cybersquatteur, il y a certaines choses que vous pouvez faire pour le récupérer. En fonction du prix, vous pouvez envisager de payer pour que le nom de domaine vous soit transféré. Dans certains cas, il s’agit de l’option la plus rapide et la moins chère.

Si vous êtes basé aux États-Unis, vous pouvez intenter une action en justice en vertu des dispositions de l’ACPA. Toutefois, cette démarche n’est efficace que si vous pouvez prouver que vous êtes propriétaire de la marque, que le nom de domaine est identique ou très similaire à votre marque et que le titulaire du nom de domaine essaie de vous exploiter.

Vous pouvez également déposer une procédure de règlement uniforme des litiges relatifs aux noms de domaine (UDRP) auprès de l’ICANN. Là encore, vous devrez prouver que vous êtes le propriétaire de la marque et que le nom de domaine a été enregistré de mauvaise foi.

Conclusion

Le cybersquattage, également appelé « squattage de domaine », consiste à enregistrer des noms de domaine identiques ou similaires à des marques existantes. Cette pratique vise généralement à attirer les clients d’un concurrent ou à vendre le nom de domaine aux propriétaires de la marque, généralement à un prix très élevé.

Vous pouvez vous protéger des squatteurs de domaines en enregistrant votre nom de domaine lors de la création de votre entreprise. Vous pouvez également envisager d’acheter votre domaine dans différentes extensions et variations et de les rediriger toutes vers votre site pour empêcher les autres de copier votre nom.

Vous avez des questions sur le cybersquattage et la manière de l’éviter ? Faites-nous en part dans la section des commentaires ci-dessous !

TAGS:

Commentez

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.